Bon, on est d'accord, Timisoara, c'est pas la ville à laquelle on pense
en premier pour aller passer le week-end.

Certainement parce que dans nos petites têtes élevées à la tv, Timisoara rappelle
les temps de la chute d'un dictateur mais surtout d'horreurs, informations répercutées en boucle
dans les médias et qui s'avèrèrent infondées, mais qui sont restées ancrées dans nos mémoires.

Et bien pour prendre le contre-pied de nos préjugés, nous sommes allées passer 2 jours là-bas.


Surprise, pas de grands méchants qui nous attendent au bord d'une fosse, un couteau entre les dents,
pas de bandes de "roms" faisant la manche...bref pas la caricature de la Roumanie, que l'on nous sert à tour de bras.

Au contraire une ville mignonne, en plein travaux d'aménagements,
que l'on a découverte de nuit. Et ça donne ça :

022
Place Unirii
011
Ancienne synagogue

019
encore un joli bâtiment, au détour d'une rue


Bon j'avoue, à la nuit tombée, Timisoara, c'est beau.
Les cafés branchés donnent envie de s'arrêter boire un verre ...
mais qu'en est-il de jour ?

Et beh c'est pas mal non plus :)
Malgré les nombreux travaux qui rendent la place Liberati et certaines rues impraticables.

004
Place Victoriei

008
Place Victoriei, le théâtre

026
Place Unirii, le musée d'art

Après, une fois que l'on s'est baladé, que l'on a visité le musée d'art, il n'y a plus grand chose à faire.
Car le musée d'ethnographie comme le musée de l'histoire du Banat dans les fortifications,
sont fermés pour rénovation. Mais ils travaillent d'arrache-pied et s'ils en font quelque chose
d'aussi beau que le musée d'art (qui par la qualité de sa rénovation dépasse beaucoup de nos musées)
comme dirait une copine, ça vaudra le coup d'y retourner !

Prochain post : le musée ethno de Padurea Verde, au nord-est de la ville,
avec reconstituion d'habitation du Banat!