Autant vous le dire je n'ai pas découvert cela toute seule...et qu'en plus les artistes font ça depuis au moins 2003, mais comme il n'y a pas d'âge pour apprendre...
Alors qu'une vilaine pharyngite doublée d'une bronchite me cantonnent à la maison, je suis tombée sur un reportage qui en parlait et cela m'a donné envie de creuser le sujet.
Mais à la fin de quoi cause-t-elle : du reverse graffiti, du mud stencil ou encore du mossgraffiti enfin de ce streetart écolo, green etc.. qui m'a fascinée et que je voudrais vous faire partager...

Dans cette tendance plusieurs branches. J'en ai répertorié 3, mais il y en a peut-être plus...

Les artistes qui utilisent des substances végétales, cela peut-être des feuilles ou encore le mossgraffiti ou graffiti de mousse ou de lichen comme Anna Garforth qui la récupère souvent dans les cimetières, la découpe et la colle (à la bière et au sucre) sur les murs.
http_inlinethumb47

http_inlinethumb35

New_economics

Anna1

Anna Garforth, fait aussi d'autres choses très belles et poétiques toutes simples comme cette commande londonienne :

A

A

Ou Helen Nodding, qui prône aussi une révolution silencieuse.
Et donne au passage la recette pour faire une peinture à base de mousse, qui certes prendra son temps mais poussera sous forme végétale, puis fera corps avec le support pour donner cela par exemple :

H

http_inlinethumb52

Ou, encore une fille : Edina Tokodi
(curieux, hein, cette association fille/verdure, on verra que certains garçons sont dans quelque chose de plus physique et plus "nettoyant", une fois n'est pas coutume...)
Tokodi1
Tokodimetro

Seconde branche du mouvement, ceux qui comme Jesse Graves,
font des graffiti à base de terre ou mud stencil
J

J

J

Et la dernière branche du graffiti écolo, par retrait de substance (la crasse urbaine) et non adjonction comme c'est généralement le cas, est représenté, entre autres, par Paul Curtis, aka Moose. Ce dernier, quand à lui nettoie les murs pour faire apparaître ses dessins et parfois des campagnes publicitaires, mais la technique et la démarche restent rigolotes et intéressantes, comme le montre son site sur le reverse graffiti project (attention là il a utilisé les grands moyens...mais je vous laisse découvrir ça sur les vidéos du site)
sfreversegraffiti2

sfreversegraffiti1
Campagne pour GreenWorks en collaboration avec Zeroh Design

moose_img1

reversegraffiti3
Travaux personnels

Alexandre Orion a la même démarche au Brésil, le résultat est moins bucolique mais tout aussi impressionnant (et éphémère, les autorités n'ayant visiblement pas apprécié...)
im_orion7

im_orion1

im_limpa1

Alors ? Ca donne pas envie de s'y mettre ?